Le Gros Louis

Le Gros Louis, vieux garçon sympathique, travaillait comme ouvrier forestier dans la forĂŞt des Croisettes.  Il Ă©tait assez portĂ© sur la bouteille; pour dire vrai, c'Ă©tait un fameux laqua1.  Prenant son travail un lundi matin avec une solide gueule de bois, il Ă©tait sans cesse secouĂ©; de quintes de toux provoquĂ©es par un estomac rebelle aux litres de bière ingurgitĂ©s la veille.  Pour excuser ses dĂ©rangements stomacaux et ses Ă©ternuements rĂ©pĂ©tĂ©s qui lui faisaient avoir la larme Ă  l'Âśil, il eut cette phrase pleine d'Ă  propos (il faisait chaud en Ă©tĂ© dans les bois et des insectes de toutes sortes voletaient autour des travailleurs) :
Treuye du mouchettes !2, voulant faire croire Ă  l'entourage qui n'Ă©tait pas dupe, qu'il avait avalĂ© une mouche.  Pauvres bestioles qui n'en pouvaient mais !  Toutefois, la face Ă©tait sauve.

Nous Ă©tions toujours dans la forĂŞt des Croisettes occupĂ©s Ă  dĂ©gager aux sapins, c'est-Ă -dire Ă  couper avec une faucille les herbes folles, les ronces, etc..., qui risquaient d'Ă©touffer les jeunes pousses.  Il avait plu la veille et Ă  peine avait-on effleurĂ© un arbuste que l'on Ă©tait aspergĂ© des pieds à la tĂŞte par l'eau de pluie accumulĂ©e sur les branches.  L'eau s'infiltrait par le cou et vous glissait le long du dos, causant une sensation assez dĂ©sagrĂ©able.  Le Gros Louis qui, de surcroĂ®t, Ă©tait affligĂ© d'hĂ©morroĂŻdes assez douloureuses, ce qui n'arrangeait pas les choses, tout en se grattant vigoureusement le bas du dos, s'exclame :
Dja la rouye du queu qui fô chèno !3
Le même, ayant une forte envie d'uriner : Dja eun envie du pichi qu'in afan a brâro ou bien : Dja eun vessie coum in tchèpé boule.4

Voilà la dĂ©finition du hot-dog qu'un jour il nous donna, alors que nous Ă©tions occupĂ©s à casser la croĂ»te : C'è fĂ´ avu les oreilles du la bourrique du Nickel.5
Le Nickel dont il est question Ă©tait un voiturier de Jamoigne qui avec sa petite charrette tirĂ©e par son bourricot allait livrer le lait à domicile.
Louis a d'ailleurs inventé une spécialité gastronomique : la rôbotte à la merde du fignastran.6
En parlant de fignastran, une anecdote me revient.  L'Alfred Constant de Jamoigne demande Ă  un BĂ»lot :
Couma c'qu'en dè in fignastran en français ?7
Ce Bûlot ne connaissant évidemment pas la réponse, réfléchit quelques instants et eut cette savoureuse définition qui laissa le Jamougnî tout pantois :
Oh, in Alfred Constant.

1. Un fameux buveur.
2. Saloperie de mouchettes !
3. J'ai la raie du cul qui fait chenal !
4. J'ai une envie de pisser qu'un enfant en pleurerait ! - J'ai une vessie comme un chapeau-boule !
5. C'est fait avec les oreilles de la bourrique du Nickel !
6. La tarte aux pommes à la merde de fignastran !
Fignastran : littéralement, qui fouille les excréments, insecte communément appelé bousier.
7. Comment dit-on un fignastran en français ?

© 1999-2010 - RĂ©my et Jean-Claude GILLET - Tous droits rĂ©servĂ©s